L’accompagnement psychosocial individuel des survivantes

Multi-posts allow you to break a single post into several pages for easier viewing.

1 of 1 (or use arrow keys to navigate )

Les activités principales exécutées au niveau du volet psychosocial sont : l’écoute active et l’orientationet la thérapie de groupe.

 L’écoute active et l’orientation des survivantes

Cette activité se réalise dans les maisons d’écoute en général et rarement chez la survivante en cas de maladie de celle-ci. Les conseillères font la permanence dans lestructure médicale (FEPSI) et dans les maisons d’écoute en recevant des survivantes des violences sexuelles qui arrivent et font le counseling sur place avec celles hospitalisées ou sur rendez-vous avec les ambulatoires. Ces conseillères surveillent des près les survivantes lors de la prise des médicaments, du repas et les aident pour la lessive de leurs habits (pour des cas de celles qui viennent à l’hôpital sans garde malade).

La SFVS en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM) reçoit des vivres alimentaires pour les survivantes des violences sexuelles qui bénéficient des soins dans la structure sanitaire (FEPSI) et les maisons d’écoute à Goma, Kibumba, Béni,Butembo, Kiwanja, Walikale, Sake, Bishange, Shasha, Mugunga et Bweremana.

Dans le cadre de la détraumatisation les conseillères utilisent les techniques d’écoute active et l’écoute passive qui permettent l’empathieauprès des survivantes.

La mise en écran du vécu traumatique permet de constater l’évolution de la survivante ; les conseillères assurent la détraumatisation de celle-ci à l’aide de l’écoute, des conseils ainsi que des paroles de soutien et l’accompagnement se poursuit pour quelques cas. Elles les orientent vers des structures de santé pour les examens, traitement curatif et le traitement préventif ; d’autres cas qui nécessitent l’accompagnement juridique et judiciaire, on les oriente vers les services judiciaires pour porter plainte.

Thérapie de  groupe

Toujours dans le cadre de la détraumatisation, la SFVS encadre en thérapie des groupes les femmes et filles victimes des violences sexuelles reparties sur l’ensemble de 6 territoires de la Province du Nord-Kivu, cela dans divers secteurs de la vie sociale : 4 filles survivantes bénéficient de la scolarisation universitaire avec l’appui de nos partenaires : 2 filles au niveau de licence et 2 autres au niveau de graduat, 15 filles au niveau secondaire, 8 enfants au niveau primaire dont 7 filles et 1 garçon. 20 femmes sontencadrées dans le tissage des paniers, 10 femmes dans la teinture des pagnes, 71 femmes l’élevage des petits bétails et115sont encadrées dans l’agriculture améliorée dont 16 femmes à Bulengo et 99 femmes à Kibumba.

Les activités de réinsertion socio-économique exercées en groupe, permettent aux bénéficiaires de s’entraider psychologiquement, moralement et financièrement; ainsi elles servent de « thérapie des groupes » à la maison des femmes à Bulengo.

La médiation familiale et l’accompagnement communautaire

Cette activité consiste à concilier les survivantes rejetées par leurs familles ou par leurs conjoints afin que celles-ci puissent regagner leurs familles et communautés et y vivre en harmonie avec les membres des familles. Cette activité se fait à travers les visites à domicile par des Agents Psychosocial (APC) avec l’accompagnement d’un psychologue de formation.


No Replies to "L’accompagnement psychosocial individuel des survivantes"