LA PROTECTION DES TÉMOINS UN DÉFIS MAJEUR POUR LA JUSTICE TRANSITIONNELLE

340 participants dont 214femmes et 126 hommes ont enrichi leurs connaissances en matière de  la justice transitionnelle après la  projection du film documentaire UNCONDAMED, qui relate la répression du viol et violences sexuelles, ainsi que d’autres violations graves des droits humains, comme crime de guerre et crime contre l’humanité

Cette projection a été faite par la Synergie des Femmes pour les Victimes des violences Sexuelles (SFVS) appuyée par la fondation ALBOAN, dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Nyiragongo, ainsi que dans la ville de Goma, dans le cadre de l’exécution du programme d’accompagnement des victimes des violences sexuelles et autres violations commis a l’égard de la fille et la femme

La majorité de participants a vite compris le rôle que chaque femme ou membre de la communauté devrait  jouer en cas des conflits/guerre, afin de dénoncer le viol et autres crimes pour que les coupables soient poursuivis et jugés conformément a la loi. Ils ont également  appris aussi que dénoncer les bourreaux soulagent les victimes qui se sentent en sécurité après l’incarcération de leurs bourreaux

Cependant les participants craignent beaucoup par rapport a la protection des témoins qui ne pas totalement garantie. Ils auraient voulu que les mesures de sécurité soient plus efficaces pour éviter le drame qu’avait connu Prosper le mari de Godelive assassinée avec sa fille pendant qu’il se préparait pour témoigner contre les auteurs des violences sexuelles. Sa femme coordonatrice de l’asbl SEVOTA  qui a pris le lead pour mobiliser et encourager les victimes a briser le silence a été menacer a plusieurs reprises jusqu’à déménager parfois de sa maison, telle est sa déclaration lors de son intervention après la projection du documentaire a Goma

Les bénéficiaires de la formation ont louée les courages de ces femmes victimes rwandaises et Mme Godelive qui n’ont pas lâchée prise malgré différentes menaces qui pesées sur elles. Elles ont dépassée leur peines, leurs peurs, les tabous et préjugés lies à la sexualité afin de relater sans retenue les atrocités qu’elles ont subis. Elles ont juré de l’emporter qu’en disant  rien que la vérité seulement  et placer  leur confiance en Dieu

Tous les participants ont avoué que cette projection du documentaire éveille leur conscience. Ils veulent que la vidéo soit projetée et vue par la majorité de la population afin qu’elle joue son rôle, en dénonçant  les crimes, massacres et viollences sexuelles qui sont commis sur le territoire congolais  et que les coupables répondent de leurs actes devant les juridictions compétentes

Les participants ont aussi encouragé la présidente du conseil d’administration de la Synergie des femmes pour les Victimes des violences sexuelles, Mme MASIKA BIHAMBA Justine de prendre le lead et de continuer les différents plaidoyers au niveau international  pour que la RDC ait aussi les TPR ou seront jugés  les présumés coupables

Madame MASIKA Justine a reconnu que la protection des témoins reste un défis majeur et incontournable vu les conséquences qui peuvent subvenir. Elle même affirme qu’elle ne pourra jamais force un témoin a témoigner si sa sécurité ne pas garantie. Toute fois elle a promis aux participants de multiplier les plaidoyers à tous les niveaux pour les violences sexuelles réprimées et que les auteurs soient condamnés.

No Replies to "LA PROTECTION DES TÉMOINS UN DÉFIS MAJEUR POUR LA JUSTICE TRANSITIONNELLE"